C'est la question qui apparait dans les lignes de cet article du Post.fr à travers l'observation de ce dont on pouvait rire "avant".

***